La stratégie de la terre brûlée.

Le repli allemand « Alberich ».

 Quelques mois après la terrible bataille de la Somme (1916), l'état-major allemand décida de raccourcir le front en réduisant la poche passant par Arras, Roye, Ribécourt et Soissons. Le recul des troupes impliquait l'évacuation des populations des villages occupés vers Noyon d'où certaines seraient déportées dans le Nord de la France et en Allemagne.

Une fois les villages évacués, les Allemands mirent en pratique la stratégie de la « terre brûlée » en dynamitant les maisons, les ponts et les carrefours, en coupant les arbres, en empoisonnant les puits, en ennoyant les champs et en détruisant le matériel cultural.

Le 18 mars 1917, les troupes allemandes avaient effectué leur repli sur la ligne Hindenburg, laissant à Noyon 12.000 réfugiés des villages voisins. En reculant d'une quarantaine de kilomètres en direction de Saint-Quentin, les Allemands abandonnaient aux Français un secteur qu'ils avaient rendu impraticable. Le 19 mars 1917, l'Oise ravagée était libérée sans combat.